Rechercher
  • loizemarechal

Le synchronisme du chat, une ovulation pas comme les autres.

Mis à jour : mars 4

Lorsque j’étais enfant, j’ai vu ma chatte (et je parle bien sûr de l’animal !) effectuer un drôle de jeu de lutte avec un chat errant (mâle cette fois !). Cycle de la vie faisant, quelques semaines plus tard, des chatons faisaient leur apparition dans le garage. Les propriétaires de minous le savent bien, ces animaux sont rarement victime d’infertilité. On peut même dire « qu’à tous les coups, ça marche ! ».


Sans rentrer trop de détails, le développement d’un nouvel animal nécessite la rencontre d’un ovocyte et d’un spermatozoïde. Si ces derniers peuvent rester en vie pendant quelques jours dans l’appareil génital féminin, l’ovocyte lui, ne vit que 24h environ. Autant dire qu’il faut savoir se synchroniser.


C’est ce qui se passe chez les humains. Si certaines personnes perçoivent leur ovulation, pour la grande majorité, sans une observation précise de sa température corporelle ou l’utilisation de tests urinaires d’ovulation, cette dernière passe le plus souvent inaperçue. Alors pas toujours facile de déterminer quand il faut commencer à avoir des rapports sexuels dans le but de concevoir un enfant. D’ailleurs, même en respectant un tel calendrier, une grossesse n’est pas garantie. Mais ça, on y reviendra. En fait, l’élément le plus marquant du cycle reproducteur est certainement les menstruations, ce qui lui a valu son nom de « cycle menstruel ».


Chez de nombreux animaux, en revanche, les règles passent le plus souvent incognito (avez-vous déjà vu un chevreuil avec un coupe menstruelle ?). L’élément le plus marquant du cycle est alors la période des chaleurs, ou « estrus », d’où son nom de… cycle estral ! Durant cette période pré ou co-ovulatoire, la femelle est fertile, le fait savoir à ses congénères et accepte l’accouplement. Une façon de maximiser les chances de reproduction en minimisant les rapports qui peuvent être des moments de grande tension entre les individus et de vulnérabilité face aux prédateurs. Il est intéressant de noter que contrairement à l’humain, de nombreux animaux ne sont fertiles qu’à des moments très précis de l’année, dictés par la longueur du jour ou une disponibilité particulière en ressources. Le reste du temps, leur cycle estral est en pause. Cela permet d’assurer que les petits naissent lors d’une période favorable.


Lorsque j’observais ma chatte et le chat errant du coin, je n’étais pas naïve sur ce qu’ils faisaient. Seulement, j’étais loin de me douter que le résultat était si certain. En effet, chez les chats, les lapins, les furets et autres chameaux, l’ovulation est carrément déclenchée par le rapport sexuel ! Il existe en effet une petite molécule dans le liquide séminal de ces animaux, nommée ß-NGF, qui active un récepteur particulier chez la femelle et déclenche l’ovulation. D’ailleurs, celle molécule est également retrouvée dans le liquide séminal d’espèces dont l’ovulation n’est pas dépendante des rapports sexuels, dont humain ! Son rôle et sa fonction dans la fertilité humaine sont encore à l’étude.


Ainsi, si les applications de suivi du cycle menstruel se multiplient et se complexifient, ce n’est pas demain que vous verrez un chat avec un calendrier !




Références :

Kershaw-Young C.M., Druart X., Vaughan, J., Maxwell, W.M.C., 2012. β-Nerve growth factor is a major component of alpaca seminal plasma and induces ovulation in female alpacas. Reprod. Fert. Devel., 24, 1093-1097


Derouin-Tochon, F., Beltramo, M., Decourt, C., Fleurot, R., Gérard, N., Pinet-Charvet, C., Martinet, S., Robert, V., TAragnat, C., Tillet, Y., & Duittoz, A. (2019). L’ovulation chez les mammifères: (Full text available in English). INRAE Productions Animales, 32(3), 445–460. https://doi.org/10.20870/productions-animales.2019.32.3.2583


41 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout